Bonne fête les mamans!!!

Dimanche 31 mai 2015

 Avec les plus aimés, amis, filles et femmes aimantes, il me faut un peu paraître, dissimuler un peu. Avec ma mère, je n avais qu à être ce que j étais, avec mes angoisses, mes pauvres faiblesses, mes misères du corps et de l âme. Elle ne m aimait pas moins. Amour de ma mère, à nul autre pareil.
Albert Cohen. Le Livre de ma mère

 » D…! on vous demande dans la cour « …

Qui peut me demander? Je suis encore perplexe lorsque je sors de la classe et ferme la porte. Un coup d’oeil par la fenêtre donnant sur la cour enneigée, me fait reconnaitre une silhouette familière, chausssée de ses bottines  et emmitouflée dans son manteau noir  trop léger, la tête recouverte de son écharpe grise , elle attend  patiemment,  elle a froid  dans cette matinée glaciale de Janvier. Je la vois dodeliner de la tête, à gauche et à droite comme si elle cherchait de loin, à voir apparaître dans  le préau,    de sa vue de myope   réajustant ses lunettes , celui qu’elle est venue rejoindre depuis l’autre bout de Paris, son fils: moi.

Je traverse la cour et avant que je  n’aie pu prononcer une parole, elle me glisse dans la main une liasse de billets en me disant sur un ton qui n’admettait pas de réplique!:
 » Ton père et moi , on  veut que tu continues les études! « …

Je suivais alors des cours dans une école de laboratoire privée, et mes parents, compte tenu de leurs revenus avaient des difficultés à épargner  les lourdes mensualités de cette scolarité. Ce matin-là  était le dernier jour  que  l’établissement m’avait fixé pour m’acquitter de cette somme. J’avais mis ma mère   au courant, je ne me souviens plus quand , et le matin  au moment de partir, je me rendis compte qu’elle avait oublié cette échéance tant elle était préoccupée par ailleurs . Je lui dis donc avant de la quitter, bêtement, sans la ménager, que je ne voulais plus suivre ces cours et que j’allais abandonner cette école, trop chère. Je me sentais tellement embarrasé chaque mois pour leur rappeler cette obligaton…Un moment d’humeur stupide de ma part et j’entends encore maman me dire depuis le palier, alors que je dévalais les escaliers:  » Guy, reviens, je vais demander à ton père, attends! »…

Comme je m’en voulais alors! Comme si une determination stupide de ma part m’avait obligé à ne pas réflechir aux conséquences, à ne pas temporiser. Curieusement, plus  la peine injuste qui, de mon fait, affectait maman me faisait souffrir, et plus ma peine  dominerait mieux celle que j’aurai  en quittant cette école…Et c’était juste que je souffre. Et que ma souffrance soit plus grande que celle que je lui infligeais…

Combien d’amour de Maman il y avait dans cette anecdote que je raconte avec émotion. Et combien elle m’accompagne dans ma vie! Combien d’amour indefectible elle nous a donné, à chacun de ses enfants. Combien nos mamans sont capables d’abnégation, de don de soi, courageuses, entreprenantes et combien les autres mamans: nos femmes et nos filles, leur ressemblent!

Honneur à vous les mamans et futures mamans!

Et que D.ieu vous bénisse!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s